Tuesday, June 20, 2006

A conversation with Sara KORBANKA

A conversation with Sara KORBANKA

En conversation avec Sara KORBANKA

Sara, where do your inspirations come from ? I can see that India is present, but your art is so different from traditional indian art…

Well, yes, it is true that India is very present… Actually, I spent the first 12 years of my life in Maharashtra (that’s the region of Mumbai), and as I recently heard it said : “you can leave India, but India never leaves you”. As for the other influences, there is Celtic art, traditional medieval European illumination, and Art Nouveau.

Sara, d’où vous viennent vos inspirations ? Je constate que l’Inde est présente, mais votre art est si différent de l’art traditionnel indien

Oui, c’est vrai que l’inde est très présente… En fait, j’ai passé les 12 premières années de ma vie dans le Maharashtra (c’est la région où se situe Mumbai), et, comme j’ai récemment ouï dire : « on peut quitter l’Inde, mais l’Inde ne vous quitte jamais ». En ce qui concerne les autres influences, on peut retrouver l’art Celte, l’enluminure médiévale traditionnelle (européenne) et l’Art Nouveau.

What attracted you to illumination? What kind of art did you do before?

Ah, that is quite a funny story. I grew up holding crayons and paint brushes in my hand, like most children do. The thing is, most lay them down at some point, I never did. As for what kind of art I was doing, it was very varied.
One day in september 1997, I was rummaging through a friend’s bookshelf, and a book fell down, accidentally knocking me on the head on its way down. When I picked it up from the floor, rubbing my head, I saw that it was a book of illumination, the Book of Kells (VIIth to IXth centuries, Ireland).
As I looked at its pages, I started crying… for joy, for the dedication of the monks who worked at these minuscule details with such délicatesse, for the pure beauty of it all.
And as I looked at all the intricate interlace, it reminded me of India, curiously, and I felt a closeness in the lush, generous curves of both forms of art.

Right then, I decided to do a tryout, and started sketching. Several months later, my first piece of illumination, Tvameva, was born, blending India, Celtic art, some beautiful medieval illumination inspired by the Psautier du Duc Jean de Berry (circa 1380), and which decorates a text of hindu scripture that speaks of universal oneness


Qu’est-ce qui vous a attiré vers l’enluminure? Quelles formes d’art pratiquiez-vous avant ?

Ah, ça c’est une drôle d’histoire. J’ai grandi avec un crayon à la main, comme la plupart des enfants. La seule différence, c’est que la majorité d’entre eux finissent par poser le crayon un jour, et que moi je ne l’ai pas fait. En ce qui concerne les différents arts que j’ai pu pratiquer de par le passé, ils étaient très variés.

Un jour de septembre 1997, je farfouillais dans la bibliothèque d’une amie, quand un livre est tombé d’une étagère et m’a heurté le coin de la tête dans sa chute. Lorsque je l’ai ramassé, tout en frottant mon pauvre crâne endolori, j’ai vu qu’il s’agissait d’un livre d’enluminure, le Livre de Kells, (VIIème au IXème siècle, Irlande).
Tandis que je feuilletais ses pages, je me suis mise à pleurer… de joie, devant le dévouement absolu dont faisaient preuve ces moines qui travaillaient sur tous ces minuscules détails avec tant de délicatesse, devant tant de beauté.
Et tandis que j’admirais tous ces complexes entrelacs, je me suis rendue compte qu’ils me rappelaient l’Inde, étrangement, et j’ai ressenti une forte similitude dans les riches et généreuses courbes de ces deux formes d’art.

A ce moment là, j’ai décidé de faire un bout d’essai et j’ai commencé à dessiner. Plusieurs mois plus tard, ma première enluminure, Tvameva, était née, harmonisant l’Inde, l’art Celte, quelques très belles enluminures médiévales inspirées par le Psautier du Duc Jean de Berry (vers 1380), et décorant un texte tiré des écritures hindoues qui a pour sujet l’unité universelle..

I have seen that several of your works are rich with calligraphy. What are your sources ?

Basically, whenever I see an old page filled with practically unreadable writing, I am attracted to it. It reminds me of descriptions of wizard’s spellbooks, written in spidery magical letters… So, sometimes I try to decipher the page, and then I practice and practice the letters, just like when we were little and forming our first letters in the process of learning how to write.

Until now, my favorite inspirations are old Insular letters (Celtic, IVth to XIIIth centuries) and an English Bastard (used circa 1400 AD).

J’ai vu que nombre de vos oeuvres sont enrichies de calligraphies. Quelles sont vos sources ?

En fait, à chaque fois que je vois une vieille page remplie d’écriture quasi-illisible, j’y suis attirée. Cela me fait penser aux descriptions de vieux grimoires de mages, écrits en lettres magiques et arachnéennes… Alors, parfois je m’attelle à déchiffrer la page en question, et puis s’ensuivent de longues heures à pratiquer l’écriture des lettres, tout comme lorsque nous étions petits et qu’on essayait de former nos toutes premières lettres, quand on commençait l’apprentissage de l’écriture.
Jusqu’à présent, mes inspirations préférées sont de vieux alphabets Insulaires (Celtes, IVème au XIIIème siècle) et une Bâtarde Anglaise (d’usage vers 1400).

And what about the texts themselves?

Well, having grown up in India, I have developed an attraction to its mythology and scripture, which are often related.
I often use excerpts of the Puranas, the Bhagavad Gita, or others such. And I also love quoting Rabindranath Tagore and Buddha. Simple, dedicated, and helpful…

I also am very Inspired by music, be it classical (I did a major piece of illumination based on W.A. Mozart’s Requiem) or traditional : some of the miniatures that I painted are based upon old ballads (The Trees they grow High, Lady d’Arbanville, Where have all the Flowers Gone?...) or beautiful, meaningful allegory-type songs (Mon Amie la Rose). You can find further details about these on my official website www.artkorbanka.com

I am also attracted to legends and mythology, some of which I am currently working on…

Et en ce qui concerne les textes eux-mêmes ?

Eh bien, ayant grandi en Inde, il est vrai que j’ai développé une forte attirance envers ses mythes et ses écritures, qui sont souvent reliés.

Je travaille souvent autour d’extraits des Puranas, de la Bhagavad Gita, ou d’autres tels. J’aime aussi beaucoup citer Rabindranath Tagore et Buddha. Simples, dévoués, et d’une grande aide…
Je suis aussi grandement inspirée par la musique, qu’elle soit classique (j’ai récemment achevé une enluminure de dimensions majeures sur le thème du Requiem de W.A. Mozart) ou traditionnelle : quelques-unes des miniatures que j’ai peintes sont basées sur de vieilles ballades (The Trees they grow High…, Lady d’Arbanville, Where have all the Flowers Gone?...) ou de délicates et touchantes chansons de type allégorique (Mon Amie la Rose). Vous pouvez trouver plus de détails concernant ce sujet sur mon site officiel www.artkorbanka.com
Je suis également attirée par les légendes et la mythologie, qui sont les thèmes de certaines des oeuvres sur lesquelles je travaille actuellement.

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home