Wednesday, January 02, 2008

L´Impressionnisme français

L´Impressionnisme français


artlover677888988688

Dénigrés aux premières heures, les peintres impressionnistes français ont une notoriété inégalée aujourd´hui. Influencés par les découvertes scientifiques de leur temps, notamment par loi du contraste simultané des couleurs énoncée par Eugène Chevreul, ils juxtaposent leurs couleurs en touches libres, ouvrant la voie à l´art abstrait.

L'envol de la cote des artistes impressionnistes français fut emblématique de la bulle spéculative de la fin des années 1980'. Après avoir dépassé le cap des 70 millions de dollars grâce à Auguste Renoir le 17 mai 1990, elle n'a cessé de chuter durant 3 ans. Ce mouvement afficha un effondrement des prix de près de 60% sur 36 mois. Il aura fallu attendre ensuite 10 ans pour que s'amorce une reprise sur ce secteur. Soutenue par un marché anglo-saxon des plus dynamique, la cote de l'impressionnisme français est désormais supérieure de 6% au delà du niveau de 1989 et à new-york les toiles proposées durant les prestigieuses ventes du soir "Impressionist and modern art" s'arrachent toutes au-delà du million de dollar.

Les sommets atteints par les œuvres de Monet nous feraient presque oublier l´accueil très mitigé que reçurent ses œuvres en 1874, lors de la première exposition de toiles impressionnistes à Paris. Il présentait Impression, soleil levant (1872-73), œuvre désormais emblématique qui nomma le mouvement.
Suivi de son vivant par le marchand d'art Paul Durand-Ruel sa cote fut soutenue rapidement. A l'aube du XXème, tout comme Renoir et Pissarro, certaines de ses toiles partaient pour plus 10 000 francs dès 1900. La Seine à Asnières, une toile de 1873 a été négociée 11 500 francs en 1899 (équivalents à 39 700 euros d'aujourd'hui) à Drouot au cours de la vente Victor Desfossés. Un siècle plus tard, en juin 1899, cette même toile était proposée chez Sotheby's London avec une fourchette d'estimation de 800 000 - 1 000 000 £.
Sur les vingt dernières années, Monet cumule 262 adjudications au-delà du million de dollars, dont 23 résultats à plus de 10 millions de dollars ! Un nouveau record a été signé en juin 2007 chez Sotheby's avec des Nymphéas adjugés 16,5 millions de livres sterling (près de 32,7 millions de dollars).
La cote de Monet se porte bien, si bien que ses œuvres s´arrachent dans les ventes anglo-saxonnes et que l´on ne trouve pas de pièce maîtresse sur les autres places de marché. Les rares toiles quelques peu spectaculaires soumises en France ne décrochent pas plus de 5 millions d´euros. Récemment, la toile Iris jaunes, une œuvre tardive (1924-1925) issue de la collection Alice Tériade, fut dispersée par Arcurial Paris en octobre 2007 pour 2,8 millions d´euros, soit 4 millions de dollars.


Monet ne détient pas la plus forte enchère du mouvement. Auguste Renoir caracole en tête avec Au Moulin de la Galette adjugée 71 millions de dollars au pic de la bulle spéculative de 1990. Après l´effondrement du marché au début des années 1990 et la reprise de confiance progressive, Renoir est de nouveau l´objet d´allers retours rapides aux enchères. Sa toile Femmes dans un jardin, par exemple, fut proposée aux enchères à quatre reprises depuis 1993, dont deux entre 2006 et 2007. En juin 2006, l´œuvre partit pour 4,4 millions de livres sterling, soit 8,1 millions de dollars chez Sotheby´s Londres pour être remise en ventes à New-York en novembre 2007 ou elle décrocha 10,9 millions de dollars. Plus spectaculaire encore, l´aller retour juteux réalisé par la superbe Nature morte aux fruits et pot de gingembre de Paul Cezanne : adjugée l´équivalent de 16,4 millions de dollars en juin 2000 (11 millions de livres sterling, Christie´s), elle fit tomber le marteau à près de 33 millions de dollars six ans plus tard (Sotheby's NY, nov. 2006) ! Le record d´Edouard Manet illustre encore la bonne santé du marché. Il fut signé en mai 2004 pour Les courses au Bois de Boulogne, une œuvre très dynamique provenant de la collection Whitney emportée pour 23,5 millions de dollars (Sotheby´s NY). Ce coup de marteau spectaculaire a détrôné La rue Mosnier aux drapeaux, 1878 qui planta une enchère équivalente à 22 millions de dollars en pleine frénésie spéculative des ventes new-yorkaises de 1989 (Christie´s). Manet a réalisé quelques 400 peintures qui représentent seulement 4% de la production vendue aux enchères. Le marché est surtout alimenté par des estampes (91% du volume de transactions) abordables pour moins de 5 000 euros. Quelques épreuves très fraîches sur chine appliqué grimpent cependant à plus de 10 000 dollars, notamment les portraits de Berthe Morisot, et certaines feuilles partent à plus de 50 000 dollars ! Ce fut le cas en octobre 2004 pour un sujet fétiche de l´artiste, Les courses, qui décrocha 80 000 dollars chez Sotheby´s NY.

Le marché propose régulièrement des feuilles, dessins ou estampes, d´Auguste Renoir, Camille Pissarro, Alfred Sisley, Armand Guillaumin, de nombreux pastels de Degas et quelques photographies.
Les petites esquisses et études peu abouties se vendent encore difficilement. Nombre de feuilles au crayon noir ou au fusain, endommagées ou inachevées ne trouvent pas preneur malgré la prestigieuse signature. Ainsi, Le repos des paysannes/Les labours, un dessin au crayon de Camille Pissarro sur un papier jauni a été vainement présenté aux enchères cette année pour 12 000 – 15 000 euros, puis pour 8 000 – 9 000 euros. En août 2007, un Portrait de Madame Guillaumin, réalisé au fusain par Armand Guillaumin et proposé pour tout juste 2 000 - 3 000 euros est resté invendu. Par contre, leur travail sur papier est tout de suite valorisé dès qu'apparaît la couleur… Du même artiste, "Madame Guillaumin et son fils André" un pastel de 1899 estimé 15 000 - 20 000 $, est parti pour 26 000 $ en mai dernier. Un lumineux paysage au pastel d'Alfred Sisley, intitulé "Bords de Seine à Saint Mammès", présenté chez Christie's London pour 25 000 - 35 000 £ s'est arraché 75 000 £ (108 000 €) en 2003.

Les danseuses et femmes à la toilette au pastel de Degas décrochent aisément plus de 200 000 dollars et parfois plus d´un million de dollars : une Femme à sa toilette fut par exemple emportée 1,5 millions de livres sterling en juin 2007 chez Christie´s Londres (près de 3 millions de dollars). En revanche, des sujets simplement esquissés au fusain sont abordables pour moins de 20 000 dollars. Degas est le seul impressionniste à avoir réellement exploité la photographie. Ses clichés sont rares et prisés, à tel point que certains sont plus chers que des dessins : en juillet 2004 Beaussant-Lefèvre présenta cinq épreuves à Paris, dont l´une quintupla son estimation pour une enchère finale de 170 000 euros !

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home