Monday, December 04, 2006

FU Ji Tsang - A French artist for all seasons


Here's a gem of an artist whose works are still to be discovered in an anglophone world!

Artlover808

FU Ji Tsang, was born in 1958 in China. He first studied at the Beijing Fine Art School before leaving with his family for Hong-Kong and there continued his art studies. In 1978, he won First Prize in a competition for young painters. In 1985 after obtaining his diploma from the "Ecole National d'Art Décoratif", he settled permanently on the French Riviera and still having exhibitions in galleries and museums in Europe, in Asia and in the United States.

Influenced by the classics in both art and literature, but never forgetting his essential roots, he developed his own style without bowing to the pressures of current trends, faithful to the aesthetic and real pleasure for drawing and painting, timeless and poetic.

A talented watercolorist versed in Chinese calligraphy, Fu Ji Tsang skillfully combines the Chinese and Western culture, blending charm and delicacy with strength and power. His oil paintings represent the natural extension of his watercolor. They express tenderness and strength by contrasting blended soft hues and stronger colors and textures.

He has produced several limited editions, stone lithographs, art serigraphs featuring various themes based on his recent vists to China. All of them are numbered, signed and hand finished by him.

The mix of different mediums interests him. In 1989 he introduced music during his exhibitions. He liked the public to look at his art pieces in the same atmosphere as they were created. In the same year, art book editor Z'Editions published a book blending his watercolours and calligraphies on the theme "Mountain and Water".

1991 was marked by several events:-
Attracted by computer graphic art for its creative possibilities, he experimented with the mixing of colours and contrasts, fusion of planes and surfaces that only a virtual and digital format can manage. His research was noticed, and he was invited to participate in the exhibition "Rencontre Infographique" at the Georges Pompidou Center in Paris.
He was the Guest of Honour for the 25th International Prize of Contemporary Art of Monte Carlo in Monaco.

The France Art Edition edits an art book called about his carrier. It draws a parallel between the major events in his life and their impact on his artistic evolution. Poems of André Verdet enclosed with a large number of drawings illustrate painter's favourite themes: steep peak mountains, peaceful water lakes, turbulent waterfalls as well as gardens with olive trees or flowers with bright colours.

In 1995 he started the collaboration with the Royal Aubusson Tapestries. Since then more than twenty of his major paintings had been hand woven into tapestries by Aubusson. He is one of contemporary artists best represented by this prestigious institution.

Constantly in search for new inspirations, he createed in 1997 with his musician friend Philippe BERTAUD the concept of "Concert-Performance". This experience involved the creation of a large painting with the accompaniment by live music.Transported by a fusion of jazz and modern music, he painted under the astonished eyes of the spectators. He also illustrated the CD leaflet of the musician.

Having passion for different art forms, he collaborated in 2000 with the choreograph Giannin LORRINGETH and his dance company for a performance during the openning of "Monte Carlo Dance Forum". In 2001 they created a new show for the Musicalia Festival in Nice where he created a painting of 2 X 7 meters in less than one hour.

These live performances with other artists made Fu Ji Tsang real enthusiastic and brought a unique feeling to the audience who saw appearing in front of them an authentic art piece. It's a moment of intense emotion.

Flammarion, one of the biggest editors in France, published an art sketchbook about China called "Mes Carnets de Chine" in 2001. His watercolors and inks took us into a wonderland with hundreds of details whereas the texts unveiled a rich and refined civilisation. Seven mains subjects were printed into limited edition serigraphs showing us his vision of China. During the summer 2002 he had an prestigious exhibition in three municipal galleries at the same time in Nice. It's a big success with compliments from many art critics.

During a interview with a journalist he explained his works and his visions about art this way:

"I love the light, the beauty… I place myself more on a sensitive, a sensual side, rather than on the pure intellectual reasoning. That's why in my painting you will find a come and go between figuration and abstraction depending on my feeling of the moment when I created it. Starting from figurative I already did some progress towards simplification. It's a long term work so I count upon time. On one side, follow the path of figuration which artists from generation to generation have been following for more than 3000 years may seem adventurous! But the tracks to abstraction and conceptualisation may be equally risky! Figuration is an extremely rich and complex field, offering almost infinite possibilities… I'm thinking a lot about this, and I definitively join the Chinese thinking. I am convinced that an artist, inspired and enriched by tradition, without being trapped by it can bring a little something sincere to art. And thus his work becomes unique and his contribution to art and humanity is substantial. I realise now, humbly, that one of the biggest qualities in an artist is his sincerity… He should only do the things that he really feels for and in which he believes sincerely. For that, he must find his way, and find himself."

Quoted in an interview by Agnes SUBRINI.

FU Ji Tsang naît en 1958 à Pékin en Chine où il fait ses premières années d'études aux Beaux-Arts avant d’aller vivre avec sa famille à Hong Kong où il poursuit ses études d’art. En 1978 il y obtient le Premier Prix au Concours de Peinture des Jeunes Artistes.

Diplômé de l'École Nationale d'Art Décoratif de Nice en 1985, il s'installe définitivement sur la Côte d'Azur tout en exposant dans les galeries et musées en Europe, en Asie et aux Etats-Unis.

Bercé par les grands classiques en littérature comme en art, n'oubliant jamais ses racines profondes, il a un langage qui lui est propre, loin des modes actuelles, fidèle à une esthétique et à un plaisir de peindre et de dessiner, intemporel et poétique.

Calligraphe de l’image, il a uni ses deux cultures en un mariage plein de charme et de délicatesse, mais aussi de force et d’énergie. Ses peintures à l’huile sont la prolongation naturelle de ses aquarelles et encres où la transparence et la force gestuelle sont exprimées avec élégance.

Plusieurs séries de lithographies et sérigraphies d'art à tirage limité signées et numérotées sur des thèmes très divers sont éditées, dont la dernière porte sur le symbolisme des fleurs et des arbres.

Artiste passionné par le métissage des arts, il introduit en 1989 des concerts de musique dans ses expositions afin que le public apprécie ses peintures dans la même ambiance musicale qui a baigné leur création. La même année, les éditions d’art Z’éditions, publient un livre regroupant ses aquarelles et calligraphies intitulé « Montagne et Eau ».

1991 marque plusieurs événements.
Attiré par l’infographie sous un angle créatif, il expérimente des mélanges de couleurs et de contrastes, des fusions de plans et de surfaces que seule la présentation virtuelle et numérique permet de restituer. Remarqué pour ses recherches, il est invité à participer à l’exposition «Rencontre infographique» au centre Georges Pompidou à Paris.
Il est l’invité d’honneur du XXVe Prix International d’Art Contemporain de Monte Carlo, à Monaco.

Un livre d’art intitulé «Fu Ji Tsang» est édité par France Art Création. Il dresse un parallèle entre les grands évènements de sa vie et leurs conséquences sur son évolution artistique. De nombreuses illustrations accompagnées de poèmes d’André Verdet, permettent de suivre l’artiste à travers ses thèmes favoris : montagnes aux cimes escarpées, lacs aux eaux paisibles, chutes tumultueuses ainsi que jardins d’oliviers ou fleurs aux évocations symboliques.

1995 voit le début d’une collaboration avec les Tapisseries d’Art d’Aubusson. Depuis, plus d’une vingtaine de ses œuvres majeures sont tissées par cette prestigieuse institution.

Artiste toujours en recherche d’une nouvelle inspiration, il crée en 1997 avec son ami musicien Philippe Bertaud un concept de Concert-Performance où il peint en symbiose avec la musique ‘live’ une œuvre de très grand format sous les yeux du public.

En 2000, passionné par l’union des différentes formes d’art, il collabore avec le chorégraphe Giannin Lorringeth et sa compagnie de danse à une création lors du premier Forum Dance de Monaco. Cette expérience se renouvellera en 2001 lors du Festival Musicalia à Nice où il crée une peinture de 2 x7 m.

Ces performances en présence d’un public et en collaboration avec d’autres artistes enthousiasment Fu ji Tsang et procurent une sensation unique aux spectateurs qui voient ainsi une œuvre se déployer devant leurs yeux.

En avril 2002 un livre d’art sous forme de carnet de voyage, «Mes carnets de Chine» est publié par les éditions Flammarion. Au fil des pages ses peintures nous entraînent dans une Chine aux mille visages tandis que ses textes nous font connaître une civilisation riche et raffinée. Pour accompagner ce livre, il a réalisé sept sérigraphies d’art représentant sa vision de la Chine. Une exposition de prestige intitulée «Chine Intemporelle» a lieu durant les trois mois d’été 2002 simultanément dans trois galeries municipales de Nice.

Fu Ji Tsang inaugure l’auditorium de la bibliothèque régionale Louis Nucéra en réalisant une peinture sur le thème de la montagne sacrée Huangshan.

En fin d’année, la Galerie Terre des Arts présente ‘Impressions de Chine’.

Eule Art galerie, en Suisse, l’invite à exposer à Davos en décembre.

En 2003, deux autres expositions se succèdent en Suisse à Saint Gall et Ascona, organisées toujours par Eule Art galerie au printemps et en été.

Fu Ji Tsang revient sur un des thèmes qui lui tient le plus à cœur, les quatre saisons, qui font allusion au cycle de la vie. Ses recherches retiennent à nouveau l’attention de Flammarion, qui décide de publier ses derniers sujets de recherche accompagné de ses écrits sur le sujet.

Le conservateur du Musée des Arts Asiatiques de Toulon, Mme Guillemette Coulomb, lui propose d’organiser une exposition. Il décide de montrer une série de grands portraits sur les minorités ethniques chinoises. C’est son hommage aux peuples qui constituent la mosaïque de l’Empire du Milieu.

En septembre il voyage dans les provinces de Guanxi et Guizhou afin d’approfondir ce thème.

En avril 2004, les éditions Flammarion publient ‘Fleurs et Symboles, vision d’un peintre chinois’ en deux éditions, anglaise et française. Cet ouvrage de 170 pages, réparti par saisons, est accompagné de brefs poèmes, de notations personnelles, de références historiques ou mythologiques explicitant leurs valeurs symboliques

De mars en août se tient l’exposition ‘L’Autre Chine’ au Musée des Arts Asiatiques de Toulon, accompagné d’un catalogue en couleur.

Sa démarche artistique est ainsi résumée lors d’une interview avec la journaliste Agnès Subrini :

«J’aime la lumière, le beau… je suis plus dans la sensibilité, la sensualité, que dans l’abstraction intellectuelle pure. C’est pourquoi il y a dans mes peintures, ce va et vient entre figuration et abstraction, que je ne touche jamais véritablement. Peut être y arriverais-je un jour ? J’ai tout de même fait progressivement, un bon travail d’épuration. Mais c’est un travail très long, alors je compte sur le temps. D’autre part, continuer le chemin de la figuration sur lequel les artistes travaillent depuis plus de 3000 ans, cela peut sembler une démarche hasardeuse ! Mais les voies de l’abstraction et de la conceptualisation sont tout aussi risquées ! La figuration est quand même un domaine extrêmement riche et complexe, qui offre des possibilités presque infinies… J’ai beaucoup réfléchi sur ce sujet, et je me place définitivement du côté de la pensée chinoise, à savoir que je suis convaincu qu’il suffit qu’un artiste soit inspiré et enrichi de la tradition, sans toutefois en être prisonnier, pour qu’il apporte un petit plus, qu’il devienne unique et que sa contribution à l’art et à l’humanité soit suffisamment conséquente. J’ai compris, humblement, qu’une des plus grandes qualités chez un artiste réside dans sa sincérité… Il ne faut pas qu’il fasse le contraire de ce qu’il est ! Pour cela, il faut qu’il trouve sa voie, et qu’il se trouve lui-même.»

Oil Paintings - Peintures à l'huile

Watercolours - Aquarelles
Lithographs - Lithographies
Silkscreens - Sérigraphies

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home