Friday, November 09, 2007

Signes d´essoufflement sur le marché

Signes d´essoufflement sur le marché


artlover465568878868

Le 7 novembre 2007, après une incroyable hausse des prix de +78,8% sur trois ans, le marché de l´art new-yorkais montre ses premiers signes d´essoufflements. La médiatique vacation « Impressionist and modern art » a essuyé les effets d´une correction de marché, puisque son produit de vente n´a atteint que 269,7 millions de dollars. Un chiffre honorable il y a encore deux ans, mais qui cette année prend des allures de catastrophe, eu égards aux attentes de l´auctioneer. En effet, les 76 lots présentés devaient rapporter pas moins de 355,6 à 494,2 millions de dollars si on s´en réfère aux fourchettes d´estimations.

L´histoire du marché semble portée par l´une de ses icônes : Vincent Van Gogh. En 1990, il crevait l´écran avec un Portrait du Dr Gachet qui devenait alors le tableau le plus cher du monde, symbole du pic de la bulle spéculative de l´époque ( Télécharger les Indices des prix Artprice - fichier xls). Cette année, les médias risquent de se concentrer sur une autre œuvre de Van Gogh, un paysage, pour mettre en évidence cette fois la fébrilité du marché. En effet, intitulée >«the Fields», 1890, l´œuvre, réalisée 15 jours avant le suicide de l´artiste et présentée chez Sotheby´s pour 28 – 35 million de dollars n´a fait l´objet d´aucune enchère ! Un signe ? Dans tous les cas, l´absence d´acheteur pour cette pièce historique, présentée en numéro 9 de la vente, fut suivi de plusieurs invendus. Ainsi, L´Echo, une toile de George Braque, lot numéro 32, estimée 15 - 20 millions de dollars a elle aussi été ravalée. Au total 20 pièces n´ont pas trouvé acheteur. La plus haute enchère du 7 novembre revient à "Te Poipoi (Le Matin)" de Paul Gaugin. La pièce a été adjugée à 35 millions de $ à Joseph Lau, mais estimée à l´origine 40 – 60 millions de $.

La vente Christie´s, orchestrée la veille, se montrait pourtant rassurante, puisque la maison de vente enregistrait un produit de vente 395 millions de $, soit 46 millions de $ au dessus de son prévisionnel plancher. Lot phare de la vente, L'Odalisque, harmonie bleue, 1937, d´Henri Matisse a trouvé preneur pour 30 millions de $ chez établissant un nouveau record pour l´artiste.

Mais au delà des chiffres, ce qui inquiète les observateurs, ce sont les risques pris par les deux auctioneers. Notamment, Sotheby´s avait garanti aux vendeurs des tableaux de Van Gogh et de Braque des prix minimums. Puisque ces derniers n´ont pas été atteint, l´auctioneer en a désormais la propriété. Dans tous les cas, il lui faudra en assurer la revente pour limiter les pertes.

Alors que le cours baril d´or noir flirte avec les 100$, que la bourse vibre aux annonces des effets des subprimes et que la récession économique se profile aux Etats-Unis, ces résultats de ventes mitigés peuvent prendre des allures de correction et donnent le ton pour la suite. Traditionnellement plus spéculatives, les ventes d´art contemporain du 12 et 13 novembre, avec notamment des pièces monumentales de Jeff Koons, vont nous dire si l´échec du Van Gogh est un accident, ou le début d´une tragédie.

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home